Regards croisés

Mon souhait était de faire l’expérience quotidienne des réalités matérielles et spirituelles de l’Inde et du Vietnam. L’abandon à ce qui se présentait, et l’accueil reçu en retour, ont permis des rencontres aussi simples que vraies.
Tout d’abord parti seul sur les routes du Vietnam, c’est à dos de moto que je suis passé des minorités perchées dans les montagnes du nord aux grattes ciel d’Hô Chi Minh plus au sud. Partout, j’ai pris le temps là où la vie fourmille, comme dans ces marchés couverts où hommes et femmes passent des journées entières.
En Inde, je me suis sédentarisé davantage, vivant proche des indiens, tantôt au fond d’un village tribal sans aucun moyen de communication verbale, tantôt au cœur de l’explosion de mégapoles comme Calcutta ou New-Delhi.
Durant trois mois, j’ai eu pour unique feuille de route, l’inspiration du jour. C’est ainsi que, loin des sentiers touristiques, je me suis laissé porter par monts et par vaux, me rapprochant (toujours plus) du cœur des hommes. Ils m’ont accueilli en frère sans artifice, sans paroles, sans attentes.
Je vous présente quelques portraits issus de ces rencontres spontanées.
Même si plus de 3000 kilomètres séparent les photos prises en Inde de celles du Vietnam, des paires se sont créées. Ces regards en vis à vis auraient pu être ceux d’amants, de frères, d’amis qui se seraient compris, au delà des mots, au delà des cultures. Leurs yeux parlent le langage universel du cœur.

Down to the river in Kolkata (India)
Down to the street in Hanoï (Vietnam)